PRIX DU CIVISME POUR LA JEUNESSE


 

                                                    

   Une mission confiée aux membres de l’Ordre national du Mérite

                                                     

Dès la première assemblée générale des membres de l’Ordre en 1977 « le civisme »  est au centre de leurs préoccupations : ce «dévouement, ce zèle pour la Patrie» leur apparaît comme étant à la fois le terreau et le ciment de la Nation. Plus que le strict respect de la loi, le civisme est «le supplément d’âme de la République», impliquant altruisme et solidarité.

L’Association des membres de l’Ordre national du Mérite décide donc que le maintien de l’esprit civique dans les jeunes générations sera le cœur de l’action de l’Ordre, demandant à ses membres d’être des exemples actifs dans la vie de la Nation, et d’assurer ensemble la défense et la promotion des valeurs essentielles de notre Pays.

Bien sûr, le civisme s’exprime de manière évidente quand la Nation est en péril : héroïsme, sacrifice. Mais surtout il construit, peut-être encore plus difficilement, la vie simple et quotidienne des citoyens : respect des autres, entraide, communication entre les hommes, souci du bien commun.

Conscient de la nécessité de restaurer et d’inculquer l’esprit civique dès le jeune âge, l’O.N.M. crée en 1984 la «Commission nationale du Civisme» qui chaque année décernera le «Prix du Civisme pour la Jeunesse».

Ce prix est destiné à récompenser dans chaque département des jeunes gens âgés de moins de 18 ans qui se sont distingués individuellement par des actes de courage, de dévouement, mais aussi d’aide, de générosité, d’attention aux autres…

Les plus marquants de ces actes peuvent ensuite être récompensés par l’un des trois «Prix nationaux du Civisme», dont le premier est celui octroyé par le Président de la République.

Ainsi en mars 1985, Madame le docteur Marcelle Grapin, présidente de la Commission nationale du Civisme, remet le premier Prix national du Civisme. Elle en définit alors parfaitement l’esprit : «par le Prix du Civisme, notre association doit apporter sa contribution au développement et au maintien des valeurs de notre société, à promouvoir le civisme et aussi à mettre à l’honneur cette jeunesse qui doit servir d’exemple et dont on ne parle pas assez».

Tout d’abord récompense individuelle, le «Prix du Civisme pour la Jeunesse» peut aussi depuis deux ans distinguer des actes collectifs.

A nous, Compagnons, de découvrir ces actes qui demeurent souvent volontairement discrets, tant le vrai dévouement est modeste, uniquement tendu vers le devoir accompli. Car le «Prix du Civisme» est celui de la reconnaissance à la jeunesse qui fait notre Nation, et qui en est l’exemple.

Docteur Michel COURS-MACH

Président du Comité départemental du Civisme         

Ruban bleu 2005

     
 

Prix décernés

 
   
 

2002

Le Prix national du Civisme  pour la Jeunesse a été décerné à Florian Guérin  en récompense de sa conduite lors de la tempête de 1999. Ce prix a été remis  par Mme Jubert représentant les instances nationales, assistée de Baptiste Leseigneur, président de la Commission du Civisme.

2003

Dans la continuité du Prix du Civisme, la visite de l’établissement des Apprentis d’Auteuil à Lisieux,  qui fut la sortie de printemps, a permis d’apprécier le cadre de vie de notre lauréate de cette année.

La simplicité du délicat exposé des motifs du président du civisme, B. Leseigneur pour justifier le choix de Lydia Cappoen,  les diverses allocutions empreintes d’un charisme ne manquèrent pas  d’émouvoir notre jeune élue.

2004 

Le prix départemental du Civisme a été remis à   Lydia Cappoen  par Mme la député-maire de Caen.

2006

Le Prix  départemental du Civisme a été décerné  au Comité de Vie Lycéenne du lycée Augustin Fresnel de Caen.

Les élèves avaient remarqué des problèmes de propreté au lycée, mais qui étaient aussi ceux du quartier de la Grâce de Dieu  ;  ils ont donc décidé de mener une action « quartier propre ». Cela a pu se faire avec  l’association « Mieux vivre à la Grâce de Dieu » laquelle s’efforce de changer l’image du quartier pour  permettre à des populations d’origines diverses de se connaître et de mieux vivre ensemble.

C’est  pour ce comportement exceptionnel que  la Commission nationale du Civisme a décerné le « Prix national » pour acte collectif au CVL du Lycée Fresnel de Caen.

2007

Le Prix national du Civisme a été décerné au Lycée Fresnel de Caen  pour son opération réussie en faveur du Comité de Vie Lycéenne. Le prix a été remis par  le Dr Cours-Mach, président du Prix du Civisme.

2008

Le Prix départemental du Civisme a été décerné au Collège de Saint-Martin de Fontenay

Des élèves se sont investis dans la vie scolaire de leur collège et tout particulièrement dans le cadre du C.D.I. Le prix a été remis par le docteur Cours-Mach, président du Prix du Civisme départemental qui présenta les lauréats.

2009

Le Prix départemental du Civisme a été décerné au Lycée Camille Claudel  pour un travail collectif sur le devoir de mémoire envers les poilus d’Orient . Trois lycéens se sont rendus à Beauvais pour rencontrer le petit-fils du général Tranier  afin de rapporter des documents officiels pour réaliser leur dossier. « Nous avons eu en main une tapisserie confectionnée par des Macédoniennes à la gloire des libérateurs de leur pays » conte un lycéen. « Avant la fin de l’année, nous allons nous rendre en Macédoine pour continuer notre action » a indiqué un autre  élève.

Le prix national du Civisme a été décerné à ces  mêmes  lycéens qui ont défilé, musique en tête, sur les Champs Elysées et ont participé au ravivage de la flamme sous l’Arc de Triomphe. Ce prix national leur a été remis à l’occasion d’une réception au Conseil constitutionnel.

2011

Le “Témoignage de reconnaissance départemental du Civisme du Calvados” fut décerné solennellement au jeune William Bureau de Sainte-Honorine-du-Fay .

William Bureau, âgé de 12 ans, est un des plus jeunes porte-drapeau de France. D’une famille profondément attachée aux valeurs patriotiques, il assiste aux cérémonies commémoratives dès l’âge de 6 ans, aux côtés de son père Laurent Bureau.

Tout jeune, il reprend le drapeau familial : en effet son grand-père, ancien combattant en  Algérie était porte-drapeau jusqu’à son décès en 1999.

C’est volontairement que William a demandé à être porte-drapeau de l’UNC qui lui a fait confectionner un drapeau adapté à son jeune âge ! Lors du défilé du 14 juillet 2010, William était à l’honneur, sous l’Arc de Triomphe, impassible malgré la pluie et le vent.

2015

Le Prix du Civisme pour la jeunesse a été décerné à cinq jeunes élèves du lycée Victor Lépine de Caen (Valentin COLLET, Xavière FREMONT, Inès ALAOUI, Benjamin COLLET et Romane VALLEE), qui perpétuent le souvenir du sacrifice des trois frères Westlake, jeunes soldats canadiens, tombés pour la libération de la France lors du débarquement allié en juin 1944. les trois frères Westlake: Thomas, Albert et George appartiennent à une famille canadienne de Toronto et sont les aînés d'une fratrie de cinq frères.

Tous trois débarquèrent le 6 juin 1944 à Juno Beach en Normandie. Le terrible sacrifice du « Jour J. » :

- le premier sacrifié fut le plus jeune, George Westlake, tombé le 7 juin 1944 devant Authie

- puis ce fut le tour de ses frères, Thomas et Albert qui servaient côte à côte dans le   Régiment des Queen's Own Rifles du Canada.

Tous trois reposent en terre normande, sous leur croix blanche, dans le petit cimetière de Bény-Sur-Mer.

 
 
 
 
 
 
 
 

                                          

prixcivisme

               

     

Président(e) de la section

Dr Michel COURS-MACH